5 conseils pour diminuer l’absentéisme dans votre PME

Vous dirigez une petite PME ? Vos collaborateurs sont probablement rarement absents. Mais lorsque l’un d’entre eux se fait porter pâle, le risque qu’il s’absente pour une longue durée est élevé. Vous êtes à la tête d’une plus grande PME ? Vous rencontrez sans doute peu de problèmes d’absences de longue durée, mais plutôt d’absences fréquentes.

Dans les deux cas, nous vous conseillons vivement de porter une attention continue et sincère à la personne derrière le travailleur. Tant pour les collaborateurs qui travaillent que pour ceux qui sont absents : assurez-vous que vos travailleurs se sentent bien, gardez le contact en cas d’absence, préparez et accompagnez leur retour.

Nous avons récemment publié les derniers chiffres relatifs à l’absentéisme. Pour en découvrir tous les détails, consultez le white paper « Absentéisme en 2017 – Petites et grandes entreprises : autre problématique, autre approche ». Sur la base des résultats de cette étude et de l’expérience pratique de nos consultants, nous avons élaboré 5 conseils concrets pour vous permettre de réduire l’absentéisme dans votre PME.

Créez une base

Après avoir lu le white paper, vous serez impatient de passer à l’action, par exemple en contactant vos  travailleurs absents par téléphone ou en prévoyant des vaccins contre la grippe. Mais tout le monde ne sait pas pourquoi il est important pour l’organisation de travailler sur ses absences. Vos cadres et vos collaborateurs risquent ainsi de décrocher.

Partez d’une vision claire et discutez-en avec eux. Ne cédez pas à la tentation de coucher rapidement cette vision sur le papier : impliquez-vous. Faire participer vos collaborateurs crée une base solide et les motive à passer à l’action.

Donnez le bon exemple

Comme vous le savez, vos collaborateurs admirent le gérant que vous êtes. Vos voyants sont au rouge ? Il vous semble évident de prendre votre mal en patience et de poursuivre vos activités. Mais continuer à travailler pendant trop longtemps en étant malade peut conduire, à terme, à un problème médical plus grave et à une absence de longue durée.

Vous travaillez jour et nuit, vous prenez peu de pauses et vous venez travailler même malade ? Soyons honnêtes : il y a de fortes chances pour que vos collaborateurs subissent une pression énorme qui les poussera à faire de même. Avec le risque qui va de pair qu’ils doivent décrocher sur une longue durée. Prenez donc le repos qui s’impose et veillez à votre santé.

Contactez votre médecin du travail

En votre qualité de gérant d’une PME, vous avez moins de possibilités de travail adapté ou de reprise progressive du travail. Mais vous pouvez demander conseil au médecin du travail. Et recommander à vos travailleurs malades de se rendre chez lui avant de reprendre le travail.

Vous reprenez ainsi vous-même le contrôle d’une éventuelle réintégration. Qui plus est, vous évitez la procédure et l’administration afférentes à une requête de réintégration introduite par un médecin-conseil de la mutualité.

Évitez la contamination au sein de votre équipe

Vous prévoyez un travail adapté pour quelqu’un qui revient d’un congé de maladie ? Informez-en d’abord vos collègues. Pourquoi proposez-vous cette solution ? Qu’advient-il de l’autre fonction ? Jusqu’à quand ? Prêtez-leur aussi une oreille attentive.

Qu’en est-il de leur capacité d’absorption ? Comment les soutenir ? Mieux encore : impliquez-les dans la préparation de la reprise du travail. Permettez-leur de réfléchir avec vous à la nouvelle répartition (provisoire) des tâches. Car un travail adapté s’accompagne souvent d’une charge de travail accrue pour vos collègues, à moins que vous en discutiez avec eux. Comprendre la raison et connaître la durée pourra réduire leur stress.

Lâchez prise à temps

Vous gérez une petite PME qui grandit au fil du temps ? Vous serez alors obligé de lâcher prise à un moment donné. Vous vous occupiez autrefois de tout : annonces de maladie, contacts durant les absences, entretiens de reprise du travail… Mais cela se révèle de plus en plus difficile à mesure que votre entreprise se développe. Faites appel à temps à un collaborateur engagé et déléguez-lui cette responsabilité.

Exploitez, par ailleurs, au mieux votre service externe, notamment en ce qui concerne la prévention du burn-out et l’accompagnement des travailleurs absents. De quoi vous consacrer à votre priorité : maintenir un contact permanent et sincère.

Vous trouverez des conseils pour une politique d’absentéisme étayée sur notre site.

Share on pinterest

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.