Absence prolongée : 5 conseils pour un retour réussi

Une politique d’absentéisme performante en cas d’absences prolongées repose sur le suivi des travailleurs absents. « N’attendez pas trop longtemps », dit Karin Roskams, manager absentéisme chez Securex. « Les trajets de suivi peuvent déjà démarrer au bout d’un mois, et c’est efficace ».

Le contact avec le travailleur absent passe par le biais d’une infirmière formée à cet égard. Cette infirmière appelle chaque mois les personnes absentes. Elle s’enquiert de savoir comment ça va, si le travailleur envisage ou non de reprendre le travail, ce qu’il faudrait pour cela, s’il y a d’autres problèmes qui doivent être discutés avec les collègues ou les supérieurs…

Viviane De Boey, infirmière chez Securex, travaille principalement au service d’une grande entreprise de production, elle entretient le contact avec les travailleurs absents pour une longue durée.

Voici ses cinq conseils:

1) Ecoutez, soutenez et assurez le suivi

« Lorsque l’on est longtemps à la maison, on mène une autre vie. Au début, l’envie pressante de retourner travailler est très forte. Mais cela diminue avec le temps. Médecins et traitements prennent peu à peu la première place. Prêter une oreille attentive permet de garder le contact, et c’est ce qui importe. »

2) Installez une relation de confiance

« Susciter et recevoir la confiance est la base du processus. Si la personne a été opérée, intéressez-vous à son traitement, demandez-lui si elle a mal, si elle reçoit de l’aide. Il faut se montrer empathique, faire preuve de sens social mais en même temps pouvoir et oser prodiguer des conseils. Comme de sortir, d’entretenir des contacts sociaux. »

3) Ne laissez pas les gens faire du sur place

« Pour leur bien, il convient de temps en temps et au bon moment d’extraire les personnes absentes pour une longue durée de leur zone de confort. Si vous constatez qu’une personne ne fait plus de progrès, conseillez-lui de chercher de l’aide ailleurs. Il faut également éviter que la personne s’enferme dans l’oisiveté. Rester à la maison ne permet pas d’avancer, ni mentalement ni physiquement. Les personnes capables de se déplacer doivent certainement le faire. »

4) Discutez de l’avenir professionnel

« Si une personne craint ne plus pouvoir assumer sa mission actuelle, regardez avec elle ce qu’elle se sent capable de faire. Le travail adapté est une option, tout comme le travail à temps partiel ou un autre emploi, par exemple via l’outplacement. Il existe suffisamment d’instances capables de guider les gens dans ce sens. Il est important que les gens fassent leurs propres choix avant que d’autres ne le fassent à leur place. »

5) Examinez minutieusement la relation avec les collègues et les supérieurs

« Nos collègues et supérieurs directs sont une des raisons principales pour laquelle nous aimons ou non faire notre travail. Si la relation est bonne, cela peut accélérer le retour du travailleur absent. S’il y a un problème avec le patron ou dans l’équipe, il est alors bon d’en discuter préalablement. »

Source: Human Interest Magazine

Share on pinterest

Commentaires

Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.