Leadership durable ? Pensez comme un coach !

Vous agissez sur votre lieu de travail comme Kim Jong-un ? Vous êtes autoritaire, rigide et punitif ? Sachez que votre approche est obsolète et contre-productive. Des études révèlent, en effet, qu’une approche descendante freine la motivation et l’engagement de vos collaborateurs. Comment vous y prendre ? Glissez-vous dans la peau d’un coach sportif et propulsez votre équipe au sommet.

1. Un bon coach communique, au lieu de contrôler

Vérifier sans cesse que vos travailleurs effectuent correctement leurs tâches ? Une mission chronophage. Et votre regard par-dessus leur épaule ne fait qu’accroître leur stress. Donnez suffisamment de liberté et d’autonomie à vos collaborateurs et permettez-leur d’organiser eux-mêmes leurs tâches. Vous leur témoignez ainsi votre confiance et bâtissez une relation de respect mutuel.

Lire aussi : « Donner des consignes ou plus de liberté sur le lieu de travail, qu’en pense la science ? »

Quelqu’un manque tout de même la balle ? Ne l’envoyez pas directement sur le banc. Ouvrez la discussion : à quoi est due l’erreur ? Comment l’éviter à l’avenir ? Prêtez une oreille attentive à votre travailleur et cherchez ensemble une solution constructive.

2. Un bon coach motive, au lieu de punir

Des études ont déjà démontré à maintes reprises que l’ancien système d’évaluation ne porte pas ses fruits. Vous donnez une évaluation positive ou négative à vos travailleurs deux fois par an ? Suivie par une sanction ou une récompense telle qu’une prime ? Vous entachez leur motivation.

Par ailleurs, l’entretien d’évaluation tombe souvent au mauvais moment. Mettez-vous dans la tête d’un entraîneur de football. Attendrait-il un semestre pour reprendre un joueur sur une faute ? Ou pour lui donner une tape sur l’épaule après un but ? Assurément, non ! Optez pour la méthode du feed-back continu. Étudiez les points d’amélioration de vos travailleurs et élaborez un plan d’action pour leur permettre de s’épanouir. Pensez aussi, à l’instar d’un coach, à les motiver pour développer leurs talents.

3. Un bon coach est ouvert à la critique, au lieu d’être le seul à la formuler

Pour bien encadrer une équipe, vous devez connaître les besoins de ses membres. Organisez des moments d’évaluation pour demander vous aussi du feed-back. Instaurez une dynamique positive et demandez à vos travailleurs d’identifier ce qu’ils apprécient chez vous et ce qui mériterait d’être amélioré. De quoi vous faire une idée de vos points forts et vos points faibles. L’ingrédient de base d’un leadership personnel et authentique. Faites preuve de flexibilité, engagez le dialogue et encouragez vos collaborateurs à participer activement à la recherche de la meilleure approche au sein de votre organisation. Résultat : une équipe solide et des collaborateurs impliqués.

Share on pinterest

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.