Comment limiter le nombre de travailleurs absents ?

Depuis plusieurs années, le nombre de collaborateurs absents n’a cessé d’augmenter. Il s’agit là d’une tendance inquiétante. Ces employés absents coûtent énormément d’argent aux entreprises.

En effet, l’absentéisme a un coût

Ce problème n’engendre pas seulement un impact sur la masse salariale d’une société. L’absentéisme a aussi une répercussion non négligeable sur la productivité et sur l’organisation du travail. Vous devez notamment prendre le temps de trouver un remplaçant. Ces recherches prennent un temps considérable. Dans certains cas, d’autres collaborateurs reprennent des tâches du collègue absent. Toutefois, cette charge de travail supplémentaire n’a généralement pas un effet bénéfique sur leur motivation.

En résumé : l’absentéisme s’accompagne d’un impact négatif pour une entreprise. L’absence d’un collègue provoque des pertes sur tous les plans : perte d’argent pour la société, perte de temps pour l’employeur et diminution de la production.

Quelles en sont les causes ?

Avant d’énoncer des solutions, il est important de comprendre d’abord les causes liées à l’absentéisme. Nos études ont révélé les facteurs suivants :

  • Stress physique : le travail manuel éprouvant, par exemple dans le secteur de la construction, mène souvent à l’absentéisme en raison de problèmes de dos, d’épaules, de nuque et de genoux.
  • Stress psychique : une pression psychique (tant au niveau privé qu’au niveau professionnel) trop importante peut entraîner un burn-out, ou épuisement professionnel, et causer ainsi un absentéisme de longue durée.
  • Inactivité : travailler assis est aussi nocif que le tabac. En effet, les employés travaillent beaucoup trop longtemps en position assise (derrière leur écran). Un manque de mouvements contribue à divers problèmes physiques.
  • Vieillissement : l’âge de la pension a déjà plusieurs fois été revu à la hausse, ce qui occasionne l’augmentation de l’âge belge moyen au sein du personnel. C’est une plaie encore ouverte. Ces personnes sont plus sensibles aux petites douleurs chroniques.

Ce qui frappe directement, c’est la diversité dans les causes observées. Aussi bien les facteurs physiques que mentaux forment la base de l’absentéisme.

Comment limiter le nombre d’absents ?

Assez parlé des problèmes ! Il est grand temps de trouver des solutions. Quelques conseils pour lutter contre la hausse de l’absentéisme :

1. Prévoyez un suivi de carrière

Moins de stress, un meilleur équilibre entre le travail et la vie privée, et une satisfaction professionnelle plus importante : un suivi de carrière n’offre que des avantages. Une telle approche constitue dès lors la solution idéale en vue de limiter le nombre d’absents. Il vous est loisible de l’organiser en interne ou de faire appel à un coach de carrière.

En 2017, Securex a réalisé une enquête relative à la qualité de la motivation qui détermine l’âge jusqu’auquel les travailleurs voulaient rester professionnellement actifs. Cette étude a permis de donner aux employeurs un aperçu plus global quant aux conséquences de « vouloir » par rapport à « devoir » travailler et aux actions à mettre en place pour y remédier. En outre, cette enquête a aussi démontré que les travailleurs motivés et autonomes courraient moins de risques de subir un burn-out que leurs collègues qui travaillent parce qu’ils y sont contraints.

Le coaching de carrière favorise cette motivation autonome. Cette dernière ne doit pas nécessairement aller de pair avec un nouvel emploi. Elle peut tout à fait être ressentie au sein d’une fonction ou d’une équipe.

2. Recherchez activement les signaux du burn-out

Remarquez-vous des symptômes de stress chez certains collaborateurs ? Si tel est le cas, n’attendez alors pas trop longtemps avant de réagir. Grâce à l’assistance professionnelle d’un coach de carrière, d’un médecin, d’un psychologue ou encore d’un conseiller en prévention, vous abordez les problèmes liés au stress avant qu’ils n’aboutissent à un burn-out.

Nos recommandations ? En tant qu’employeur, mettez l’accent sur la confiance, le sens et le talent. Sans oublier bien sûr l’équilibre le plus optimal possible entre les périodes chargées et moins chargées.

Vous éprouvez des difficultés à capter les signaux de stress ? La Belgique disposera bientôt d’un questionnaire scientifique permettant de vérifier si les employés courent un risque de tomber en burn-out. Veillez à ce que vos collaborateurs complètent ce questionnaire afin de recevoir des conseils personnalisés.

3. Menez un leadership ouvert

L’époque où les managers donnaient des ordres depuis leur tour d’ivoire est révolue. Le leadership moderne repose sur la confiance. Montrez du respect pour vos collaborateurs, prenez le temps de les écouter et aidez les collègues qui ont des difficultés. Ce dialogue prévient les burn-outs, le harcèlement au travail et d’autres aspects négatifs qui mènent à l’absentéisme.

Lire aussi : « Avez-vous confiance en vos collaborateurs ? »

4. Investissez dans la santé de vos collaborateurs

Vous ne serez pas étonné d’apprendre que des collaborateurs en bonne santé sont plus productifs. Ils sont aussi moins souvent absents. Investissez par conséquent dans des solutions aux problèmes liés au manque de sport, à une mauvaise alimentation, au stress, au sommeil, au tabagisme… Pour ce faire, vous pourriez par exemple opter pour les services d’un Health Coach. Ce coach va déceler les problèmes chez les collaborateurs et les aborder de manière active. Résultat : une équipe en forme qui déborde d’énergie et où les absents sont moindres. Une situation gagnant-gagnant, donc !

5. Gardez le contact tout au long de l’absence et préparez le retour

Votre travailleur s’est porté malade malgré tout. Que faire ? Contactez-le régulièrement. Rester en contact est une condition essentielle pour sauvegarder l’implication vis-à-vis du travail. Celle-ci renforce à son tour les chances de reprise du travail. Le processus de rétablissement semble en bonne voie ? Préparez dans ce cas le retour, ensemble. Planifiez un moment d’accueil et élaborez un plan d’approche pour éviter autant que possible les rechutes.

Combattre l’absentéisme est un défi. Des actions isolées ne suffisent pas. Adoptez une politique d’absentéisme axée sur votre vision et sur vos travailleurs. Ainsi, vous boostez l’implication et l’envie de venir travailler.

Share on pinterest

Commentaires

Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.