D’une activité complémentaire à une activité principale : une transition intelligente

Une activité indépendante complémentaire est un tremplin idéal pour tester votre entreprise, acquérir de l’expérience et gagner des clients. La combiner avec une autre activité peut cependant devenir trop ardu quand votre affaire prend son envol et que les clients mobilisent toute votre attention. Peut-être est-il alors temps de vivre votre passion à plein temps ?

Devenir indépendant à titre principal est toutefois une décision importante. Nous vous aidons avec 6 astuces pour faire un choix bien réfléchi.

1. Une activité principale est-elle réaliste sur le plan financier ?

Essayez de vous faire une idée précise de votre futur train de vie si vous devenez indépendant à titre principal. Commencez par dresser un bilan de vos dépenses et de vos revenus actuels. Calculez ensuite combien d’heures par jour vous devrez prester en qualité d’indépendant à titre principal pour préserver le même revenu net. Ou combien de produits vous devrez vendre à combien de clients. Le résultat correspond-il à vos attentes ?

Conseil : tenez également compte de votre pécule de vacances, de votre prime de fin d’année, de vos chèques-repas, de votre assurance hospitalisation, des bonus, etc. dans votre calcul.

Certains indépendants complémentaires constatent alors que leurs tarifs sont trop bas, qu’il leur reste trop peu d’heures sur la journée ou qu’ils n’ont pas assez de clients. Dans ce dernier cas, pensez peut-être à investir dans un peu plus de publicité et de visibilité. Outre vos fonds propres, vous pourrez peut-être également compter sur d’autres sources de financement, comme un prêt bancaire, le crowdfunding ou un financement alternatif.

Conseil : établissez un plan financier afin de vous assurer que vous ne sous-estimez pas les coûts et qu’il vous reste suffisamment de latitude pour pérenniser votre entreprise.

2. Avez-vous suffisamment d’expérience, de connaissance et de compétences ?

Entreprendre à temps plein nécessite certes de l’expérience dans votre secteur, mais aussi des compétences comme la capacité d’apprendre et la flexibilité. Un entrepreneur à succès suit de près l’évolution du marché : qu’attend le public et que fait la concurrence ? Êtes-vous suffisamment prêt à rectifier vos produits, vos services et vos méthodes pour garder une longueur d’avance sur vos concurrents ? À ce propos : connaissez-vous assez vos concurrents ? Un bon entrepreneur est, en outre, convaincu qu’un recyclage régulier est nécessaire. Il vous permet d’élargir non seulement vos connaissances, mais aussi votre réseau.

Conseil : lisez les 10 compétences essentielles pour garantir le succès d’un entrepreneur

3. Votre vision

Dressez idéalement un plan d’entreprise clair lorsque vous préparez la transition. Un tel business plan vous aide à élaborer votre vision à long terme : quels sont vos objectifs, quels sont vos points faibles et forts par rapport à la concurrence, comment voyez-vous le marché sur lequel vous opérez ? Comment dois-je m’organiser sur le plan tant juridique qu’organisationnel pour assurer l’expansion de mon entreprise ? Ai-je suffisamment de compétences en leadership ? Ai-je assez de motivation, d’énergie et de persévérance pour atteindre mes objectifs ?

Conseil : établissez un plan d’entreprise à l’aide du Business Model Canvas et/ou faites-vous accompagner par notre Securex Business Coach.

4. Votre statut social

Connaissez-vous déjà les différences sur le plan de la protection sociale qui vont de pair avec votre transition vers une activité principale ? En qualité de salarié ou de fonctionnaire, vous vous constituez des droits à la sécurité sociale comme la retraite, l’allocation de maladie, l’assurance contre les accidents du travail et les allocations de chômage. Les indépendants ont des droits similaires, mais moins avantageux. Un indépendant n’a, en outre, pas droit au pécule de vacances, au congé éducatif ou aux jours fériés payés : un jour non travaillé ne rapporte rien. Enfin, de nombreux salariés reçoivent des avantages extralégaux comme les chèques-repas, l’assurance groupe et hospitalisation ou une voiture de société. Conclusion ? En tant qu’indépendant, il vous appartient de combler les lacunes de votre statut.

5. Les avantages (et les pièges)

Le grand avantage de gérer votre propre entreprise à temps plein ? La liberté qui va de pair. Vous déterminez vous-même vos heures de travail, vous prenez les décisions… Bref, vous concrétisez vos idées. Mais sachez aussi que vous êtes, dès lors, responsable des décisions que vous prenez et que vous n’êtes jamais à l’abri d’une déconvenue. N’oubliez pas enfin de consacrer suffisamment de temps à vos loisirs, à vos proches et à la détente.

Conseil : lisez ici le blog Stress et burn-out : comment un indépendant peut-il y faire face ?

6. Formalités

Les formalités lors d’une transition vers une activité principale sont limitées. Prévenez en tout état de cause votre caisse d’assurances sociales, afin qu’elle puisse adapter vos cotisations sociales. Vu que vous travaillez plus en qualité d’indépendant, vous pouvez vous attendre à des revenus supérieurs et donc… à des cotisations plus élevées.

La plupart des entrepreneurs qui passent à une activité à titre principal ne doivent rien faire corriger à la Banque-Carrefour des Entreprises (BCE). Mais si vous changez d’adresse, ouvrez un nouveau magasin ou développez une nouvelle activité, passez de préférence dans un guichet d’entreprise agréé.

Conseil : vous profitez de l’occasion pour passer d’une affaire unipersonnelle à une société (non constituée par acte notarié) ? L’administration est alors un peu plus complexe. Le guichet d’entreprise Securex est toutefois à votre service pour vous aider.

Share on pinterest

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.