Quel est votre degré de satisfaction vis-à-vis de votre travail ?

« Quel est votre degré de satisfaction vis-à-vis de votre entreprise, de votre patron, de votre emploi ? » Voici quelques questions standards que l’on retrouve souvent dans les enquêtes de satisfaction. Y participez-vous spontanément, ou n’avez-vous pas une confiance absolue dans ce style d’enquête ? Comment et pourquoi une entreprise telle que Securex interroge-t-elle ses collaborateurs ?

Le prestataire de services de ressources humaines Securex est par excellence une organisation qui réalise de nombreux sondages, à la fois en externe et en interne. « Bien-être, sécurité, leadership, etc… la liste est longue » déclare le directeur des talents Stefaan Arryn. « Pour une organisation telle que Securex, il est extrêmement important de rester informé pour connaitre les dernières tendances sur le marché du travail. »

Tous les deux ans, Securex sonde la vitalité de son personnel. « Nous réalisons régulièrement des sondages, mais sans exagérer », affirme Stefaan Arryn. « Cette année, il n’y aura d’ailleurs pas d’enquête sur la vitalité. À la place, nous travaillons dur pour élaborer un questionnaire sur « l’employabilité durable » de nos collaborateurs. »
Ce questionnaire diffère considérablement d’une enquête de satisfaction traditionnelle. « Sonder le degré de satisfaction de nos collaborateurs permet d’obtenir des données concrètes avec lesquelles on peut travailler. On peut les comparer avec des indices de référence sur le marché et aux résultats des années précédentes. Avec ce que nous projetons, nous tenons surtout à placer nos collaborateurs devant un miroir ».

Le questionnaire qui portera sur l’évaluation par les collaborateurs de Securex de leur propre degré de « durabilité », sera très personnel, explique Stefaan Arryn. « Nous n’allons pas recueillir ou analyser ces données. C’est purement prévu comme une forme d’introspection qui doit permettre aux collaborateurs d’évaluer leurs scores concernant des questions relatives à leur employabilité actuelle et future, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation. »

Se sentent-ils suffisamment en forme ? Peuvent-ils utiliser leurs talents ? Qu’en est-il de leur style de vie ? De leur engagement ? Etc. Les collaborateurs pourront faire le test quand ils l’entendent. L’outil sera disponible en ligne en permanence. Celui qui remarque quelques « clignotants », pourra vérifier si ceux-ci sont toujours présents quelques mois plus tard. « Le but est que chaque collaborateur puisse prendre des initiatives pour améliorer sa situation », souligne Stefaan Arryn.

L’outil donne immédiatement aux collaborateurs  des conseils pratiques leur permettant de se mettre au travail.

La collaboration est nettement meilleure à présent

« J’ai toujours participé aux enquêtes internes sur la vitalité », affirme Bjorn Goethals, superviseur des opérations auprès de la caisse de maladie de Securex. « J’estime qu’il est important que mon employeur sache comment je me sens au travail. Ce type d’enquête représente à mes yeux une base parfaite pour un dialogue débouchant sur des actions concrètes. Plus les collègues qui participent sont nombreux, plus ces actions seront précises et meilleures. C’est notamment grâce à ce sondage interne que la charge de travail au sein de la caisse de maladie a été mieux définie, que la collaboration entre collègues se déroule mieux à présent et que nous pouvons faire du télétravail. Le résultat est que les collègues de la caisse de maladie se sentent nettement plus dynamiques. C’est ce qu’a révélé la précédente enquête de vitalité. Cela prouve également l’importance du sondage. »

Source: Mark Magazine : Wim Verdoodt

Share on pinterest

Commentaires

Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.